Sur la route des plus beaux villages de France #4 - Belcastel, Estaing & Conques

October 10, 2017

Je suis allée me promener quelques jours dans le sud-ouest, entre la Corrèze, le Lot et l’Aveyron, sur la route des plus beaux villages de France (label né en 1981). J'ai découvert une fabuleuse région où s'entremêlent de magnifiques paysages, des villages typiques et atypiques ainsi que le charme fou propre à ces zones peu peuplées (surtout à cette saison). 

Vous trouverez, pour chaque village, un rapide historique et quelques photos. Bon voyage !

 

BELCASTEL (Aveyron)

 

« Beau château » en Occitan, ce petit village au cœur de l’Aveyron semble être perdu au milieu de la nature qui borde le fleuve, en contrebas. Le village est collé à la colline où domine le château. De l’autre côté de l’Aveyron se trouve l’église que nous rejoignons grâce à un pont en pierre. Ces deux bâtiments, l’un religieux et l’autre lié à l’urbanisme, possèdent le même fondateur, Alzias de Saunhac, qui repose aujourd’hui dans l’église.

La forteresse fut la propriété de la famille Belcastel dès le Moyen-Âge et fut ruinée au XVIème siècle par les guerres de Religion.

 

Le tour de Belcastel se fait assez rapidement, le long des ruelles étroites qui grimpent jusqu’au château. Ses rues serrées, ses murs en pierre et l’abondante verdure environnante fait tout le charme du village. Et bien évidemment, le pont passant au-dessus de l’Aveyron. Le point de vue de l’église est celui que j’ai préféré. La lumière de la fin de journée était très belle.

 

ESTAING (Aveyron)

 

Estaing se trouve en Aveyron mais c’est le Lot qui traverse ses rues et qui se mêle à la Coussane, au cœur même de la ville.

Nous ne serons donc pas étonnés d’apprendre que l’origine du mot « estaing » vient du latin stagno qui signifie étang.

Le château, une fois encore, domine le village. Malgré cela il ne se trouve pas en haut d’une colline. Il est légèrement en surplomb et la ville s’est construite tout autour.

Le château appartient aux Comtes d’Estaing depuis le XIème siècle jusqu’à nos jours, ce qui est assez rare. Depuis 1922, la famille Estaing s’est mêlée à la famille Giscard. Oui, vous l’avez compris, Valéry Giscard d’Estaing provient de cette lignée (vous pouvez d’ailleurs aller voir la page Wikipédia de la famille, il y a du monde et du beau !).

Ce dernier a d’ailleurs racheté le château en 2005. Le bâtiment, classé Monument Historique, est l’un des lieux les plus connus d’Aveyron (paraît-il).

Sur la Via Podiensis, l’un des quatre chemins de France menant à Saint-Jacques de Compostelle, Estaing est surtout remarquable pour son église et son pont, tous deux classés aux Monuments Historiques.

L’église St-Fleuret, bâtie au XVème siècle, est de style gothique et construite sur une base de schiste. A l’intérieur, on y trouve six magnifiques retables et des vitraux contemporains.

Et c’est la seule église que j’ai visitée où il y a un interrupteur pour la lumière. Estaing économise sa lumière divine.

Le pont, lui aussi de style gothique, est reconnu depuis 1988 comme Bien Culturel du Patrimoine Mondial de l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Construit vers 1490, il présente quatre arches ogivales.

 

Anecdote

À la renommée de ses comtes, Estaing ajoute celle de saint Fleuret, dont les reliques reposent dans l’église. Connu pour ses guérisons miraculeuses, l’évêque de Clermont revenait d’un concile à Rome lorsqu’il s’éteignit à Estaing, au VIIème siècle.

Depuis le village vénère chaque premier dimanche en juillet son saint patron lors d’une procession légendaire et historique.

 

CONQUES (Aveyron)

 

Dernier village de mon périple et jolie surprise de fin quand j’ai découvert l’Abbatiale Ste-Foy, le plus bel édifice religieux depuis le début de mon voyage (avec Rocamadour sans doute).

 

Conques est installée sur le versant d’une vallée en forme de coquillage (concha en latin), ce qui lui vaut son nom, non loin des deux rivières de l’Ouche et du Dourdou.

Les riches heures de Conques, aux XIème et XIIème siècles coïncident avec la construction de l’Abbatiale. C’est une communauté de moines bénédictins qui construisit d’abord un monastère, très vite protégé par les rois carolingiens et doté, en 866, des reliques d’une jeune martyre chrétienne d’Agen, sainte Foy (Santa Fe) qui attira par ses miracles de nombreux pèlerins, rapidement rejoints par ceux de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Conques devint alors un bourg monastique de la plus haute importance.

Le monastère garde désormais en son sein un trésor d’orfèvrerie: ensemble unique de reliquaires du Moyen-Âge. Il s’agit d’ailleurs du seul trésor français qui regroupe autant d’objets religieux du Haut Moyen-Âge.

L’Abbatiale, quant à elle, est un chef-d’œuvre de l’art roman et abrite sous ses voûtes 250 chapiteaux (que l’on peut approcher de près lors de la visite des tribunes). Le superbe tympan du portail met en scène 124 personnages figés dans la pierre illustrant le Jugement Dernier.

Aujourd’hui classée au Patrimoine Mondiale de l’Unesco, l’Abbatiale de Conques reste une étape incontournable pour les pèlerins en route vers Saint-Jacques. Elle se situe également sur la Via Podiensis, tout comme Estaing.

La particularité de Conques réside également dans la couleur de sa pierre entre calcaire jaune et grès rouge. Le schiste domine et se mélange au sable du Dourdou, ce qui donne cette couleur ocre-rosé.

 

Anecdote

Dans l’une des quelques ruelles que possède Conques, je suis tombée sur une vente de noix (c’est un fruit que l’on trouve partout dans la région. Voir la photo). Je me suis interrogée sur le lien possible entre le mot « concasser » et le nom du village, « Conques ». Vous allez peut-être rire mais c’est une vraie question que je me suis posée. On concasse des noix après tout. Voilà la réponse :

  • Concasser = broyer, réduire en fragments relativement gros. Vient du latin concassare

  • Conques : comme vu plus haut, le nom de la ville vient du latin concha, qui signifie coquillage

Il n’y a donc aucun lien entre ces deux mots. Voilà. C’est tout mais au moins c’est clair. Pour moi mais aussi pour vous maintenant !

 

 

 

Ces trois derniers villages avaient le goût amer de la fin de mon voyage. Ils ont aussi la particularité d’être sans une vie urbaine dynamique (sauf peut-être Estaing). Je ne pense pas les avoir appréciés autant que les premiers que j’ai découverts. Cela est sans doute dommage mais cela n’a pas gâché le plaisir que j’ai eu de m’y promener et d’imaginer, une fois encore, les magnifiques prouesses architecturales dont étaient capables les hommes du Moyen-Âge (car tous les grands bâtiments de ces villes proviennent de cette époque). La Foi et le pouvoir. Voilà les moteurs du génie de l’époque.

Grâce à eux aujourd’hui, j’ai pu contempler des merveilles.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

RECHERCHE PAR CATEGORIE
Please reload

RECHERCHE PAR TAGS
POSTS SÉLECTIONNÉS
Please reload

SUIVEZ-MOI
  • Black Facebook Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Black Instagram Icon

© 2023 by Design for Life.

Proudly created with Wix.com

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White Pinterest Icon
  • White Twitter Icon